Manon Elisabeth d'Ombremont

Manon Elisabeth d'Ombremont

Les lectures de Lilly (Nechtaànomicon - tome 1)

Posté par Les lectures de Lilly le 10/01/2017 à 00h00
Lien vers l'article original

« (...) Prenez un démon manipulateur, un ange qui n'est pas vraiment mieux, des sorcières, des vampires et une bonne dose du syndrome de Stockholm, saupoudrez d'une auteure complétement déjantée tongue et vous obtenez une pépite ! (...) »


Critique du Requiem de la Sorser'tan

Posté par D'pêche Culturelle le 09/01/2017 à 00h00
Lien vers l'article original

« J’hésite entre coup de cœur ou déception. Coup de cœur, car le style est à la hauteur de l’histoire : poignant, incisive, parfois poétique mais qui vous met une bonne claque au moment où l’on si attend le moins.Jouant avec nos émotions Manon Elisabeth d’Ombremont récite un requiem digne d’une adaptation au grand écran. Déception, car c’est beaucoup trop court ! »


Critique du Requiem de la Sorser'tan

Posté par Brigitte Alouqua le 01/01/2017 à 00h00
Lien vers l'article original

« Eh bien déjà que je suis ravie d’avoir retrouvé la plume de Manon, une plume qui vous enchante dès les premières phrases, en tout cas sur moi, c’est effet garanti ^^ Avec cette histoire courte, Manon nous raconte l’histoire de Bluenn. Son histoire n’est pas des plus joyeuses, et pourtant la suite ne serait pas pareille si elle n’avait pas eu ce vécu parsemé de lourdes épreuves. On comprend mieux sa manière d’agir et réfléchir, sa manière d’être tout simplement. Mon seul souci en arrivant à la fin, c’est que j’ai envie de me replongé dans le « Nechtaànomicon », chose que je vais certainement faire très bientôt en attendant (avec beaucoup d’impatience) que la suite sorte enfin! »


Critique de Lune de Miel

Posté par Malka le 01/01/2017 à 00h00
Lien vers l'article original

« (...) La nouvelle « Lune de miel » entraîne le lecteur dans une parenthèse certes courte, mais intense, à mi-chemin entre rêve (ou plutôt cauchemar) et réalité. L'ambiance teintée de morbide, de macabre et d'un côté malsain accompagne le personnage principal, jeune fille au destin tragique, mais aussi le lecteur, qui se laisse happer par son atmosphère tragico-mélancolique. On ne peut que s'attacher à Lison, jeune fille suicidaire, à la santé mentale fragile et trembler pour elle. (...) »